mardi 21 juin 2011

écouter: Jean-Michel Sallmann, Le grand désenclavement du monde 1200-1600

écouter: Jean-Michel Sallmann, Le grand désenclavement du monde 1200-1600, avec Serge Gruzinski
Les Lundis de l'histoire par Roger Chartier
13.06.2011


Jean-Michel Sallmann
Le grand désenclavement du monde
1200-1600
Editions : Payot
2011

Présentation de l'éditeur
Ce livre est né d'une constatation : notre monde est en train de vivre des bouleversements considérables et nous avons bien du mal à donner un sens aux conflits disséminés qui le parcourent. En réalité, s'il est devenu plus insaisissable, c'est parce qu'il est à nouveau multipolaire, comme il l'était déjà il y a plusieurs siècles.

C'est entre 1200 et 1600 que l'ensemble de la planète a progressivement été mis en relation, aboutissant à un grand désenclavement ou à une première "mondialisation" pour reprendre un terme à la mode. Refusant l'approche traditionnelle, européo-centrée, de l'histoire des relations internationales, basée sur le concept de l'Etat-nation, Jean-Michel Sallmann privilégie dans cet essai "politiquement incorrect" le paradigme civilisationnel tel que l'ont décrit Samuel Huntington dans son Choc des civilisations et avant lui Fernand Braudel.

Il décrit au début du XIIIe siècle une humanité cloisonnée, où quatre grandes civilisations - chinoise, européenne, musulmane et hindoue -, au rôle stratégique, économique et culturel majeur, côtoient une Amérique, une Afrique noire et un continent austral encore coupés du reste du monde. L'isolement de cet Ancien Monde sera partiellement brisé par les expéditions de Gengis Khan et de ses fils, avant que le cataclysme de la seconde moitié du XIVe siècle, engendré par la peste noire, redistribue les cartes en faveur de l'Occident chrétien. C'est lui qui sera finalement, contre toute attente, le moteur du désenclavement qui se produira avec les "grandes découvertes" aux XVe et XVIe siècles.

Un livre foisonnant et ambitieux, à la curiosité salutaire, qui nous entraîne à bride abattue sur les routes humaines qui, d'Alep à Quanzhou, d'Ormuz à Calicut, ont de tout temps sillonné le globe, nous offrant un regard neuf sur le monde d'aujourd'hui.

Jean-Michel Sallmann
Professeur d'histoire modern à l'université de Paris X-Nanterre, Jean-Michel Sallmann a étendu ses recherches sur l'Italie des XVIe-XVIIe siècles à une approche globale de la Renaissance en Europe (Charles Quint : l'empire éphémère, 2004) puis dans le monde (Géopolitique du XVIe siècle : 1490-1618, 2003).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire