lundi 30 décembre 2013

Le statut du musicien dans la Méditerranée ancienne: Égypte, Mésopotamie, Grèce, Rome


Le statut du musicien dans la Méditerranée ancienne
Égypte, Mésopotamie, Grèce, Rome
Édité par Sybille Emerit
Actes de la table ronde internationale tenue à Lyon Maison de l’Orient et de la Méditerranée les 4 et 5 juillet 2008
IFAO
2013

Présentation de l'éditeur
La question du statut du musicien transcende les cadres chronologiques et culturels et relève d’une double démarche, anthropologique et historique. Ce thème, qui n’a jamais fait l’objet d’une véritable étude pour l’Antiquité, est ici appréhendé à travers une approche transversale et comparative. La table ronde internationale qui s’est tenue à Lyon, en 2008, a ainsi permis d’interroger la figure du musicien dans les sociétés égyptienne, mésopotamienne, grecque et romaine, du IVe millénaire avant J.-C. jusqu’au tout début du christianisme.
Tantôt adulé, tantôt méprisé, le musicien de métier n’a pas un rôle univoque dans les sociétés anciennes. Cet ouvrage collectif vise à en cerner les contours en abordant la rémunération, les honneurs, l’apparat, la formation et le savoir-faire, mais aussi les limites juridiques et sociales qui frappent parfois le musicien professionnel.
Établie en fonction de l’instrument de musique, de la proximité avec le pouvoir, du contexte de la prestation musicale, la hiérarchie entre les musiciens varie de manière significative selon les sociétés. L’ouvrage souligne ainsi les différences marquées entre les protagonistes, selon qu’ils sont hommes ou femmes, libres ou esclaves, inscrits dans une corporation ou non.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire