lundi 5 décembre 2016

Bernard Piffaretti, 1980-2016 – Catalogue raisonnable

Bernard Piffaretti
1980-2016 – Catalogue raisonnable
MAMCO 
Monographies
2016

Présentation de l'éditeur
Première monographie d'envergure, sous la forme d'une traversée de la peinture contemporaine.
Depuis le début des années 1980, Bernard Piffaretti applique à la réalisation de ses peintures un protocole simple et immuable : divisant chaque tableau en deux zones égales, il reproduit sur l'une d'entre elles ce qu'il a d'abord peint sur l'autre partie de la toile. Ce qui pourrait apparaître comme un jeu d'enfant produit alors des effets singulièrement complexes. Ainsi la peinture se joue ici des idées de style, d'unicité, voire d'originalité, et place la répétition au cœur même de la création. Il en résulte une œuvre proliférante, et à bien des égards inclassable, dont cet ouvrage, la première monographie d'envergure consacrée à Bernard Piffaretti, propose un large aperçu. Nourri d'analyses d'historiens et de critiques, ce catalogue raisonnable à défaut d'être raisonné est aussi une traversée de la peinture contemporaine, un point de vue sur l'art de l'époque.
Bernard Piffaretti (né en 1955 Saint-Etienne, vit et travaille à Paris) est un artiste à protocole. Élaboré partiellement à la fin de la décennie 1970, fixé dès 1986, ce protocole inchangé depuis, est devenu ce que d'aucuns appellent le « Système Piffaretti ». La division verticale de la toile par un épais trait de couleur en constitue invariablement le premier élément programmatique. Cette césure détermine alors une partie gauche et une partie droite du support. L'image, peinte indifféremment sur l'une ou l'autre des parties, est ensuite prise pour modèle et dupliquée sur l'autre partie. Cette ultime étape achève généralement le tableau. Après l'exécution d'une première partie, B. Piffaretti réinterprète donc, de mémoire, le déroulement de sa propre partition. Le motif initial tient lieu de « ready-made » pour la duplication. Mais lorsque la stratification de la couleur a emprunté des réseaux trop complexes pour être mémorisés, la duplication est ajournée. La partie laissée blanche au terme de ce renoncement, n'empêche cependant pas la toile d'être exposée. Elle entre alors dans la catégorie des « Inachevés » activée en 1990. Cette décision d'inachèvement ne préexiste pas à la réalisation du tableau, mais démontre que la copie ne va pas de soi, qu'elle est entreprise illusoire qui ne saurait engendrer autre chose que des dissemblances : « La figure de droite est à l'image de celle de gauche. La figure de gauche n'est pas à l'image de celle de droite. » Comme toute règle, le « Système Piffaretti » génère donc ses exceptions. Ainsi les « Sous-produits » ou « Produits dérivés », tableaux dans lesquels le protocole a tourné court, ne laissent visible qu'une césure centrale. Le redoublement n'est alors que celui de la toile blanche.
Les peintures de Piffaretti n'entretiennent pas plus de relation avec le monde visible qu'avec l'abstraction. Les motifs colorés saturés ou non, d'une infinie variété stylistique ont, avec leur air de déjà-vu, un caractère d'extrême banalité, d'autant que c'est sur le protocole que se concentre, en premier lieu, l'essentiel de la lecture. Au terme d'une création déjouée qui réfute toute évolution de style, s'impose au regardeur de l'œuvre une nouvelle habitude de regard.
Les dessins de Piffaretti ont aussi leur place dans ce protocole. Ce ne sont pas des dessins préparatoires, mais des « Dessins après tableaux ». Cette nomenclature, n'est pas sans rappeler celle adoptée par Sherrie Levine pour titrer les œuvres qu'elle réalise, à la fois « after (après) » Monet, Duchamp, Malevitch… mais aussi « after (d'après) » les œuvres de ces mêmes artistes qu'elle s'approprie. Ici l'artiste ne s'approprie que son propre travail, le tableau est une fenêtre ouverte non pas sur le monde mais sur la peinture elle-même.
Contemporaine dans les années 1980 du grand retour de la Peinture et notamment de la peinture expressionniste, l'œuvre de B. Piffaretti est une œuvre qui « ne veut rien prouver, rien faire de plus, rien faire de mieux » sauf peut-être, désinvestir le tableau de tout contenu, mettre à distance tout acte pulsionnel par le redoublement, pour bien montrer que « la peinture ne représente jamais qu'elle-même ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire